Monnaie locale complémentaire : l’exemple de la Gonette

Monnaie Locale Complémentaire - Gonette - Infographie

Une monnaie locale complémentaire c’est quoi ?

Une monnaie locale complémentaire (ou MLC pour les intimes) se forme à partir d’un collectif de citoyens motivés se réunissant dans un groupe local dans le but de « créer un outil pour changer l’économie actuelle par les activités du quotidien ».

Plus de 25 monnaies locales sont actuellement en circulation en France, plus de 5 000 dans le monde et ça ne cesse d’augmenter ! On peut notamment citer la SOL Violette à Toulouse ou la Roue en Provence. Ces monnaies locales complémentaires partagent toutes les mêmes objectifs :

  • Ne pas acheter n’importe où (les prestataires sont dans un rayon géographique défini)
  • Ne pas acheter n’importe quoi (les prestataires doivent s’engager sur une charte respectueuse de la nature et des hommes)
  • Ne pas acheter n’importe comment (la monnaie complémentaire ne peut faire l’objet de spéculation et reste dans l’économie réelle)

Pour prolonger notre schéma, on vous propose cette petite vidéo, vous comprendrez tout !

La création d’une monnaie locale complémentaire : la Gonette

Comment créer une monnaie locale complémentaire ? Intéressons nous au projet lyonnais : la Gonette. Cette monnaie lyonnaise citoyenne a été mise en circulation en novembre 2015, suite à trois phases importantes :

  • Mobiliser un collectif de citoyens motivés : « les ambassadeurs de la Gonette »
  • Convaincre des prestataires de s’engager dans la démarche
  • Mettre en place la monnaie en elle-même

Toutes ces étapes se déroulent autour de discussions, rencontres, débats dans un cadre démocratique ! Une monnaie locale complémentaire permet donc à la monnaie de retrouver sa fonction première : l’échange !

Lyonnais ? Suivez le projet de la Gonette sur Facebook

Du reste du monde 🙂 ? Retrouvez la monnaie locale la plus proche de chez vous !

bouton-tipeee_ecolohumanistes

Enregistrer

Ça vous plait ? Partagez !
Share on Facebook14Tweet about this on Twitter6Pin on Pinterest0Email to someoneShare on LinkedIn0

CC BY-SA 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Partage à l'identique 4.0. Les permissions au-delà de celles présentées dans cette licence sont disponibles sur la page Pour tout comprendre avec une infographie cliquez ici :-).

7 thoughts on “Monnaie locale complémentaire : l’exemple de la Gonette

  1. Ouepp……..;on est dans le classique ici, ce qui n’est déjà pas mal ! ^^ Mais je pense qu’il faut aller bien au delà, >> La gonette sans € ! en revenudebase ! tu as skype ? moi, c’est blebas7

  2. la Gonette , c’est bien , mais c’est tout nouveau , super-financé par la ville , la région etc. ( je ne dis pas que c’est pas bien, hein!! Au contraire !! ) mais on a pas de retour de vécus encore… ni de la charte d’acceptation des prestataires …Si ?
    je ne dis pas en théorie , mais en pratique … le made in Lyon n’existe presque plus … made in Rhone ? made in Rhone-Alpes les articles et biens vendu ? Ils vont aller à Romans pour les fabriques de chaussure ? LOL … vont-ils aller chez les artisans pour voir comment sont fabriquer les produits « made in local  » , avec quels matérieux etc … ou c’est juste une fois de plus une étiquette creuse comme on a vu avec le Made in France ou une marque est ajoutée sur un pull et cela devient au final du « manipulé en Fance » ….
    une astuce ? si toutes les entreprises et artisans libellés « Entreprise du Patrimoine Vivant » du Rhône adhéraient à la Gonette, alors , là , oui , on pourrait commencer à dire que c’est une monnaie qui reflète la richesse de son territoire …une affaire que je vais suivre de près ….
    Messieurs-dames les consommateurs , soyez rigoureux et renseignés quand vous dépensez !!
    Et si on regardait ailleurs dans nos campagnes ce qui existe et ce qui fonctionne ? Il existe une MLC en Ardèche , La luciole , dont les prestataires sont selectionnés avec rigueur pour que ce soit une vraie circulation de biens, de matériaux et de services internes à l’Ardèche qui a la chance de pouvoir être encore un territoire à peu prêt autonome..
    Justement , les MLC ont ce droit et ce devoir de faire conserver toutes ses richesses locales…N’hésitez pas à demander les chartes de selection des prestataires des MLC …
    Alors , Gallego , Eusko etc. Vives les MLC qui font véritablement vivre les territoires … Hourra pour toutes les MLC qui ont cette déontologie !!

    • Bonjour,

      La Gonette n’a pas vocation a devenir un label de qualité supplémentaire.
      1- Il en existe déjà beaucoup, de plus ou moins bonne qualité, et dans tous les domaines d’activité.
      Pas besoin d’un de plus.
      2- Nous n’avons pas les ressources pour auditer puis contrôler dans le temps les pratiques de tous nos partenaires du réseau, dans autant de domaines d’activité qu’en compte notre société.

      La démarche d’agrément que nous avons choisie porte plutôt un regard sur l’engagement que sur la qualité.
      Nous partons du principe que tout le monde a des idéaux, des principes, mais que personne (à part de rares exceptions…) ne les incarne à 100%. Pourquoi ? Des obstacles extérieurs, intérieurs, des peurs etc… Et qui sommes nous pour juger là où en sont les autres sur leur chemin…?

      Alors, plutôt que de regarder la qualité à un instant « t », nous avons choisi de rencontrer ces professionnels, ces associations, ces institutions qui font notre environnement, et de les écouter pour comprendre, autant que possible de là où nous sommes, qui ils sont et où est-ce qu’ils rêvent d’aller, dans quels monde veulent-ils vivre demain.

      Sur ce postulat, nous regardons ensemble si ces valeurs qui les animent se recoupent avec notre charte de valeurs.
      Si c’est le cas, alors nous marchons ensemble sur le même chemin, dans toute la diversité qu’il comprend.
      L’agrément a une durée de validité d’un an et nous faisons un état des lieux chaque année pour voir comment ça va pour chacun et est-ce qu’on continue à marcher ensemble.
      Au delà de cela, nous essayons de comprendre quels sont les obstacles, s’il y en a, qui empêche une structure d’avancer sur ce chemin. Et alors de proposer un accompagnement, qui permette de reprendre la route, avec des petits pas, des moyens pas ou des grands pas, au cas par cas.
      Nous essayons autant que possible de remettre du lien entre les acteurs du territoire, pour permettre à chacun de faire ensemble, de grandir avec l’autre, en étant soutenu ou en soutenant.

      Tous ces défis ne sont pas simples à mettre en œuvre, et beaucoup d’énergie est nécessaire pour y arriver, mais c’est le pari que nous faisons, c’est la démarche dont nous avons rêvé, tous ensemble pour le réseau de La Gonette.

      Et puisque nous voulons coconstruire notre monde pour demain, notre gouvernance se devait d’être ouverte.
      Alors en octobre dernier, nous avons déposé de nouveaux statuts en préfecture pour formaliser notre conception de la coopération sur le territoire et aujourd’hui, tout le monde, chacun, a sa place dans la gouvernance de ce projet.

      Tout ça pour dire : Tout peut évoluer de manière organique en fonction des besoins exprimés sur le territoire.
      Si vous avez de bonnes idées, du temps, des compétences, ou quoi que ce soit d’autre qui puisse nous permettre d’enrichir le projet, vous êtes plus que bienvenue, vous êtes nécessaire !

      Alors rendez vous très bientôt au hasard d’une de nos réunions de travail je l’espère.

      Vous pouvez retrouver toutes (ou presque) ces infos sur notre site http://www.lagonette.org
      Et si vous avez d’autres questions ou remarques, vous pouvez nous écrire via le formulaire de contact sur le site.

      En espérant avoir apporter un peu de lumière à vos questions!

      Chaleureusement ! : )

      Sébastien TAGLIANA, coordinateur de projet pour la Gonette.

      • « Vous n’ avez pas le temps d’auditer les pratiques de vos partenaires  » … merci tout est dit . Nous n avons pas la même définition des termes « économie réelle » apparemment ….Mais je vous reconnais « l échange ».

        Quant à votre invitation à mettre mon énergie au service d’une MLC dont je partage les valeurs , merci c’est déjà fait .

        A bientot sur les réseaux MLC ! Merci d’avoir pris le temps de me répondre .

        • Bonjour,

          J’ai dis que nous n’avions pas les « ressources » :

          Nous passons beaucoup de temps avec les professionnels à comprendre leur manière de travailler, les valeurs qu’ils supportent etc… Peut-être plus que nous le devrions si nous visions toujours plus d’efficacité..; Mais cela nous parait important.

          Les ressources dont nous manquons pour faire cela dans le temps ce sont de vraies compétences, une expertise dans chaque domaine d’activité, pour se permettre de « juger » quelle est la qualité du travail fourni.
          Ce n’est pas évident de se positionner en « juge » concernant chaque corps de métier que nous allons croiser sur notre chemin d’MLC. Le voulons nous d’ailleurs ? (c’est une question ouverte…)

          Et je ne comprend pas tout à fait la définition que vous proposez pour « économie réelle » ?

          Je suis aussi très heureux d’apprendre que vous travailler pour un collectif qui porte une MLC.
          Pour quelle MLC travaillez-vous ? Ce serait sympa de se croiser au hasard d’une des rencontres biannuelles… : )

          En tous les cas, soyez assurés que nous essayons, à Lyon comme dans les autres projets MLC je l’espère, de faire de notre mieux pour participer à la transition en route.
          Gardez bien en tête que les territoire et les populations sont tous différents et les besoins exprimés ne sont pas les mêmes pour y adapter nos projets en fonction de ces particularités.
          Nous faisons certainement des erreurs, mais nous sommes ouverts à corriger les tirs quand il le faut.
          Nous faisons aussi l’effort, autant que possible, de ne pas juger trop vite la démarche des autres projets, qui ne font pas comme nous, et peut-être passent à côté de certains points qui nous tiennent à cœur.

          Merci de vos encouragements !
          A bientôt j’espère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *